Sororité, trio de musique improvisée, se constitue de Sabine Bouthinon à l'alto, Maryline Guitton à la voix et Mayu Sato-Brémaud à la flûte. Les trois musiciennes-performers tentent d'extraire de leurs instruments des sons, des timbres, des voix inouïs, inédits. Elles arpentent un chemin où elles explorent les textures sonores sans hermétisme. Elles aiment jouer comme des enfants, polissant de nouveaux jouets sons. De la musique traditionnelle au noise en passant par la musique contemporaine ou le classique, les influences sont multiples, les atmosphères kaléidoscopiques. Elles créent ainsi des espaces imaginatifs, des champs de liberté.

 

Gen(te)s du voyage musical, Sabine, Maryline et Mayu (se) cherchent ensemble depuis juin 2011. Le point commun de leur rencontre : la musique... Sabine et Mayu se sont connues par une amie violoniste ; Sabine et Maryline lors d'un stage d'improvisation à l'Abbaye de Royaumont ; Mayu et Maryline dans l'ensemble de sound painting Amalgammes. Le trio a joué dans des lieux dévolus aux arts plastiques, dans un dialogue avec les lieux et les œuvres, notamment lors du vernissage d'Icinori, à la galerie Michel Lagarde (mai 2012).

 

Les musiciennes ont choisi de se dénommer « Sororité », pendant féminin du terme fraternité, du latin soror, sœur. Le mot « sororité » raconte l'intimité, l'écoute, la solidarité entre femmes. Le public est invité à pénétrer dans le gynécée, à sentir la proximité physique des musiciennes. Les concerts-performances de Sororité sont des expériences multi-sensorielles. Pas de séparation traditionnelle artistes/spectateurs. Maryline, Mayu et Sabine naviguent au milieu du public, jouent dans l'interaction.

 

Comme des femmes au coin du feu, dans un partage simple du quotidien, elles laissent libre cours à leurs fantaisies. Elles aiment sauter à pieds joints dans l'inconnu de l'instant. Leur musique parle de mémoires anciennes. Elle est traversée de rythmes archaïques, simples et lancinants, qui se répètent jusqu'à un climax. Maryline, Mayu et Sabine donnent voix aux forces telluriques et dionysiaques, se font intermédiaires, passeuses. Des moments cathartiques de lâcher-prise, évoquant un rituel chamanique, alternent avec des envolées lyriques et des respirations ludiques.

 

Leur univers est tendre, loufoque, drôle, de cette drôlerie comme délicatesse vis-à-vis du public, permettant d'accueillir l'intensité, la proximité. Leur démarche dans l'improvisation est existentielle, c'est pour ça qu'elles ne veulent pas se prendre au sérieux.

Description de l'image


Concerts

 

  • Hôtel Paradoxe, R. Libertaire 89.4FM, 2016: liens Soundcloud vers l'émission: Epectase, Calendrier, Pas Vue
  • Espace Bertin Poirée, 2015
  • Espace Hattori, 2015
  • Dimanches de l'impro à la Guillotine, 2014
  • Kiosque Flottant, 2014
  • Blondes Ogresses, 2013 et 2014 Extraits ici
  • La Fabrique 70, 2013
  • Galerie Michel Lagarde, 2012
  • Miroiterie de la Bastille, 2012

 

 

 

Historique


  • juin 2011 : naissance de Sororité.
  • août 2012 : résidence à l'Abbaye de Royaumont, sur invitation de Marie-Christine et Mathilde Daudy.
  • décembre 2012 : sortie d'un film court d'extraits de concerts, monté par Julioz Ka.

 

 


Presse



"Jeudi 24 OCTOBRE 2013 dans le cadre de PIANOS et CUILLERS , performance du trio féminin Sororité :
Ogresses, petit Elfe et Géant des bois scotchés par la prestation incantatoire du trio Sororité.
La jouissance des sons, mêlée au plaisir du théâtre nous a laissés bouches bées et l'âme en joie. En quelques minutes se bousculent les vociférations d'un théâtre No imaginaire, des lamenti qu'on croirait Andalous, du swing torride et j'en passe : un grand manège d'émotions et de sons au carrefour du langage et de la musique.
Ce trio devrait aller à la conquête d'un public moins confidentiel que celui de la musique expérimentale.
Le "vocable yaourt " distillé par la ravissante bouche de Maryline Guitton est une vraie Pentecôte culturelle... Allez y, vous comprendrez ..."


Françoise Gatti le 27/10/2013